The Developing Country Cooperation Award

BBAE 2021-2022

COLLABORATION RÉALISÉE DANS LE CADRE DE PARTENARIATS INTERNATIONAUX AVEC DES ORGANISATIONS ISSUES D’AUTRES SECTEURS : CE PRIX RECONNAÎT LA DIMENSION PLANÉTAIRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET L’IMPORTANCE D’UNE COLLABORATION INTERNATIONALE ENTRE DIFFÉRENTS SECTEURS. LES PRIX DANS CETTE CATÉGORIE SERONT DÉCERNÉS À DES PARTENARIATS COURONNÉS DE SUCCÈS ENTRE UNE ORGANISATION ÉTABLIE DANS L’UNION EUROPÉENNE ET UNE OU PLUSIEURS ORGANISATIONS BASÉES DANS UN PAYS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT OU DANS UN PAYS À ÉCONOMIE DE TRANSITION.

Ce prix récompense une coopération internationale impliquant au moins une entité privée de l’Union européenne et une autre du secteur privé, public, non gouvernemental ou universitaire dans un pays émergent ou en développement.

La coopération doit être une relation d’affaires qui apporte une contribution significative aux trois aspects du développement durable (protection de l’environnement, développement économique et développement social), à l’appui des objectifs de développement durable des Nations Unies en transférant ou en partageant une innovation. Il peut s’agir d’un produit, d’un service, d’un processus/procédé ou d’un système de gestion ayant une contribution significative dans le domaine de l’environnement.

La coopération doit s’inscrire dans le cadre d’une activité commerciale commercialement viable, être planifiée efficacement et être dotée de ressources suffisantes pour atteindre ses objectifs déclarés.

La liste des pays en développement figurant dans la Situation et perspectives de l’économie mondiale (WESP www.un.org/en/development/desa/policy/wesp/wesp_current/2012country_class.pdf) de l’Organisation des Nations Unies devrait servir de point de référence pour indiquer quels pays sont éligibles. Le secrétariat du BBAE peut être contacté si des éclaircissements supplémentaires sont nécessaires.

  • Objectifs clairs : la collaboration doit être guidée par une relation économique et un énoncé clair des objectifs communs, démontrant comment elle prévoit de contribuer aux aspects environnementaux, économiques et sociaux du développement durable dans un pays en développement ou émergent.

 

  • Planification et moyens : la collaboration doit être minutieusement planifiée et se voir affecter des moyens humains et financiers suffisants en vue de l’atteinte effective des objectifs.

 

  • Bénéfices durables : la collaboration doit rapporter des bénéfices mesurables et durables qui soutiennent les principes du développement durable (p.ex. réduction de la consommation des ressources, conditions de travail améliorées, lutte contre la pauvreté).

 

  • Production durable : afin de promouvoir le transfert de technologie, l’entreprise qui travaille sur le nouveau produit conjointement avec le pays en développement ou émergent garantit une production durable et une utilisation durable du produit (ou du processus). Le projet sera également business-driven.

 

  • Équité : les avantages et bénéfices devront être répartis uniformément parmi les parties impliquées. La collaboration sera gérée de manière équitable et transparente pour tous les partenaires.

 

  • Synergies : les avantages devront être générés de manière plus efficace et plus efficiente grâce à la collaboration (p.ex. répétition des efforts évitée, mobilisation d’une plus grande expertise, établissement de rapports de confiance).

 

  • Reproductibilité : il doit exister un potentiel manifeste quant à l’application des aspects innovants de la collaboration à d’autres situations ou partenaires.

Le comité directeur a fixé un certain nombre de critères généraux et spécifiques pour chaque catégorie du prix. Ces critères faciliteront non seulement le travail d’évaluation du jury, mais donneront également aux candidats une meilleure idée de ce que recherchent les juges. Les critères d’évaluation sont décrits ci-dessous et varient d’une catégorie à l’autre.

Business and Bioversity

  • L’écosystème/habitat/espèce est-il/elle important(e) ? (p.ex. le projet se déroule-t-il au sein d’une zone Natura 2000, d’une zone sur laquelle les directives Habitat ou Oiseaux sont d’application, l’écosystème/habitat/espèce est-il/elle menacé(e), est-il/elle indigène ?)

 

  • Quelle est l’ampleur de l’impact ? (p.ex. quelle est la zone géographique couverte, quels sont les types de terrains concernés, quels autres types d’utilisation des terres existent dans la région, y a-t-il des effets secondaires négatifs ?)

 

  • Le projet contribue-t-il à la protection et à l’amélioration de la biodiversité dans un contexte plus large ? (p.ex. le projet fait-il partie d’un corridor écologique, d’autres acteurs au sein ou en dehors de l’entreprise sont-ils impliqués dans le projet, le projet développe-t-il et/ou utilise-t-il des infrastructures vertes et/ou des approches écosystémiques pour l’adaptation aux changements climatiques et leur atténuation, est-il bénéfique pour les espèces, l’eau, le sol, l’utilisation des terres, l’utilisation des ressources.

 

  • La protection de la biodiversité est-elle durable ? (p.ex. les personnes impliquées sont-elles formées de manière adéquate, un financement a-t-il été mis en place pour assurer la durabilité du projet, y a-t-il une conscientisation des autres acteurs ?)

Catégorie optionnelle : Young talent

Young talent : le prix sera décerné à une entreprise (disposant d’un numéro d’entreprise) occupant au moins 1 personne dont le chef est âgé de moins de 35 ans, et qui participe dans 1 des 4 catégories.

Critères additionnels

Dans l’hypothèse où le jury ne serait pas en mesure de prendre une décision sur la base des quatre critères ci-dessus, les critères additionnels suivants peuvent également être utilisés :

 

  • Responsabilité, en ce compris le reporting relatif à l’impact sur la biodiversité (qualitatif et quantitatif, p.ex. empreinte environnementale, Global Reporting Initiative (GRI), Environmental Profit & Loss).

 

  • Engagement des employés, p.ex. formation spécifique aux questions de biodiversité et reconnaissance de l’engagement des employés dans les initiatives de préservation de la biodiversité.

 

  • Avantage social pour les communautés et parties prenantes locales, et réduction de la pauvreté. Accent mis sur la préservation du patrimoine culturel.

 

  • Avantage économique pour les communautés et les parties prenantes locales, et rentabilité des projets, en ce compris l’examen de la chaîne de valeur en termes de politique d’approvisionnement durable.

 

  • Engagement, p.ex. par le biais de la mise en place d’une vision spécifique à l’entreprise sur les questions de biodiversité et d’une forte implication des cadres supérieurs en faveur de l’intégration des questions de biodiversité dans la stratégie de l’entreprise.

 

  • Synergies en collaborant et/ou promouvant le projet et en partageant les expériences avec les parties prenantes, pairs, ONG et autres intervenants locaux et nationaux.

 

  • Durée et constance des initiatives et accent mis sur le long terme.

 

  • Avantage environnemental ; la liste ci-dessous fournit des indications quant aux informations nécessaires pour démontrer les avantages environnementaux dans différents domaines ;

 

  • Utilisation des terres
    • Description de l’emplacement et de la taille des terrains sur lesquels les opérations sont menées ;
    • Liste des habitats protégés sur lesquels ou à proximité desquels les opérations sont menées ;
    • Liste des actions de restauration de la biodiversité ;
    • Liste des habitats déjà protégés ou restaurés.

 

  • Protection des espèces
    • Liste d’espèces emblématiques et protégées (faune et flore) ;
    • Mise en place d’un recensement de la population des espèces avant et après les opérations ;
    • Actions de conservation et/ou de gestion mises en place pour la préservation des espèces menacées et emblématiques ;
    • Actions mises en place pour lutter contre l’introduction d’espèces allogènes.

 

  • Protection des ressources en eau
    • Liste des sources d’eau environnant les sites d’opération ;
    • Mise en place d’un système de gestion de l’eau visant à limiter les eaux usées (p.ex. recyclage ou réutilisation) ;
    • Actions mises en place pour protéger les ressources en eau environnantes.

 

  • Protection des sols
    • Actions mises en place pour éviter la pollution des sols durant les opérations ;
    • Actions mises en place pour éviter la pollution des sols durant le transport ;
    • Actions mises en place pour éviter la surfertilisation des sols.

 

  • Utilisation des ressources naturelles
    • Description des ressources naturelles utilisées durant les opérations ;
    • Actions mises en place pour éviter la surexploitation et l’utilisation non durable des ressources naturelles ;
    • Mise en place de systèmes et processus à haut rendement énergétique pour les opérations.

 

  • Systèmes de management environnemental (Environmental Management Systems = EMS)
    • Implémentation d’un système de management environnemental contrôlant et rendant compte des progrès en matière environnementale ;
    • Implémentation d’un système de management environnemental mettant un accent spécifique sur la biodiversité (p.ex. Global Reporting Initiative = GRI).

 

  • Mesures de compensation

En cas de destruction/dégradation de la biodiversité, actions de compensation mises en place pour restaurer les zones protégées (p.ex. reforestation).

Comment participer ?

Vous trouverez le formulaire d’inscription et toutes les infos en cliquant sur le bouton ci-dessous

Inscriptions jusqu’au

31 octobre 2021

Pour plus d’infos : dvp@vbo-feb.be
Tel. +32 2 515 08 25

Main partner

En collaboration avec:

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart